« Bon trimestre pour les vétérans »

2018-2019
News
« Bon trimestre pour les vétérans »

Publié il y a 3 jours par

« Bon trimestre pour les vétérans »

En ce mois de décembre, l'heure du conseil de classe a sonné pour les vétérans. Trois mois au cours lesquels l'irrégularité des frères Renard et autres cancres aura été compensée par les têtes de classe comme Nicolas Hélouin.

Mais avant ce conseil, un dernier contrôle avait lieu dimanche en recevant Manéglise. Un contrôle surprise visiblement, car personne dans la semaine ne s'était entraîné.

Dans la salle des profs, Arnaud Lemarchand, Conseiller Principal d'Education, maîtrisait bien l'exercice. Son discours moralisateur sanctionnait d'entrée Hervé Hénaux et le plaçait sur le banc des remplaçants.

« Encore ! » s'emportait Hervé.

« Eh oui ! Tu restes sur le banc comme la semaine dernière. En quelque sorte, on peut dire que tu redoubles ! »

Le fayot Jérôme Mandeville recevait le brassard, ce qui laisserait supposer qu'il a répondu favorablement aux propositions du CPE.

En tout cas, ce ne sont pas ses résultats qui peuvent plaider en sa faveur.

Après avoir été chercher un billet de rretard, Nicolas Fontaine arriva enfin, s'excusant par avance pour sa performance à venir.

Le conseil commença enfin. Rapidement, l'ensemble de l'équipe pédagogique regretta la trop faible participation de Fabio. Dans le groupe classe, il est jugé comme transparent.

Olive Cordonnier, quant à lui, se faisait remarquer par une hyper activité qui faisait plaisir à voir et dynamisait l'ensemble. Bien entendu, ses faibles moyens pénalisaient la qualité de ses interventions. Le conseil lui attribua toutefois des « Encouragements», tout en sachant que dès la saison prochaine une voie de garage lui sera proposée.

Au bout de 20 minutes de débat, on s'aperçut étonné, que Hervé Auvage avait brillamment réussi son exercice et marqué un point (1-0). Comment un tel bonnet d'âne qui n'avait jusqu'alors eu que des zéros pointés, avait-il pu réussir ?

Le pot aux roses fut découvert : il avait triché. Son complice Paul Gervais lui avait tout donné en mains (enfin en pieds).

La récréation fut sifflée sur ce constat.

Une récré bien animée entre certains turbulents, Larry cherchant des poux dans la tête de ses camarades Jérôme et Paul, mais n'y trouva qu'une peau ridée et grasse.

De retour de cette pause, Larry semblait toujours bien excité. Un peu comme Benoît Gallien en Jamaïque, Fabio devant des rillettes, Medhi Amadhat devant une mineure, ou Gilles Cardon le granivore devant des graines de soja.

Son excitation était telle qu'elle lui valut un « avertissement conduite ». Loin d'être calmé et visiblement en pleine crise d'adolescence, le principal qui dirigeait ces débats finit par orienter le rebelle sur la touche.

Le corps enseignant demanda alors au jeune surdoué Nicolas Hélouin d'aider ses camarades en difficulté. Il s'exécuta et offrit ses services à Benoît ainsi qu'à Hervé qui ne surent conclure malgré un travail préalablement bien mâché.

Le conseil se termina sur cet unique point qui permettait aux vétérans de rester 2ème de la classe à la fin de ce premier trimestre.

Et Gilles Cardon dans tout ça me direz-vous ? Toujours autant d'absentéisme ? Détrompez-vous !

Son 2/10 obtenu dimanche lui arracha des larmes de joie.

« Vous pensez ! S'écria le sous-doué souvent en vacances, 2/10 ! C'est mon père qui va être fier : ça me remonte ma moyenne ! »

Ci-dessus : Larry obtient le « Jean-Michel », notre totem de vulnérabilité pour sa crise d'adolescent rebelle.

Chaque semaine, notre journaliste interview un acteur majeur du club (dirigeant, joueur, fan…)

Aujourd’hui : Paul Gervais (factotum du club).

Le journaliste :Paul Gervais « Ni hao » comme on dit chez vous.

Paul Gervais :Bonjour à vous aussi. Mais mes origines sont viètnamiennes et non chinoises.

Le journaliste :C'est pareil. Alors tout d'abord, on va tirer un court bilan depuis votre arrivée à Epouville. D'un avis général, votre meilleure saison c'était il y a deux ans.

Paul Gervais :Bah ? Il y a deux ans, j'étais blessé. J'ai fait une saison blanche.

Le journaliste :C'est bien ce que j'ai dit. On vous a essayé à différents postes : latéral, mais vous êtes trop lent, gardien, mais c'était pour le 1er avril, puis milieu...

Paul Gervais :Oui, pour amener le surnombre devant.

Le journaliste :On me souffle « le surpoids devant ». Finalement votre polyvalence vous amène à être responsable de la buvette.

Paul Gervais :Oui. Mais on m'a fait des reproches.

Le journaliste :Vraiment ? C'est étonnant. Lesquels ?

Paul Gervais:Un soir, j'ai délégué la glacière à Fabio, et on ne l'a jamais retrouvée. Enfin... à la votre : « Tchin tchin! »

Le journaliste :A la votre. « Chine Chine ! »

 


toute l'association

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Se connecter